Budget 2019: Investissements positifs dans les gens, plus de travail nécessaire pour favoriser la croissance économique

Print Share

Partagez cette page

Budget 2019: Investissements positifs dans les gens, plus de travail nécessaire pour favoriser la croissance économique

Le budget fédéral présenté aujourd’hui confirme que l’économie du Canada a été reléguée au second rang. Il faut donc agir pour rehausser la confiance du secteur privé et s’assurer d’un avenir qui garantira aux Canadiens de bons emplois et une très bonne qualité de vie.

« À long terme, une économie en croissance nous permettra de conserver les types d’investissements sociaux annoncés par le gouvernement aujourd’hui », a déclaré Goldy Hyder, président et chef de la direction du Conseil canadien des affaires.

Le budget fédéral de 2019 comprend un certain nombre de mesures importantes dans des domaines comme le développement des compétences, la réforme de la réglementation, le logement abordable et la sécurité financière pour les aînés, a indiqué M. Hyder.

Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour remédier à la cause fondamentale des difficultés économiques du Canada : le fait que plusieurs autres pays s’avèrent des destinations beaucoup plus attrayantes pour les investissements commerciaux, le talent et la création d’emplois.

« Les propres chiffres du gouvernement montrent un ralentissement économique qui se poursuivra pendant plusieurs années, mais il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi, a affirmé M. Hyder. Voici la véritable solution : les gouvernements doivent collaborer avec les entreprises, les travailleurs et d’autres parties intéressées afin d’élaborer une stratégie qui favorisera la croissance économique. »

M. Hyder a félicité le gouvernement pour sa décision de fournir un meilleur appui aux stages professionnels des étudiants qui permettent aux jeunes Canadiens d’acquérir de l’expérience dans leur domaine d’études tout en étant rémunérés.

Le Conseil canadien des affaires a mis sur pied, il y a quatre ans, la Table ronde du milieu des affaires et de l’enseignement supérieur qui représente certaines des entreprises les plus importantes et quelques-uns des principaux établissements d’enseignement postsecondaire au Canada. En 2016, la Table ronde s’était fixé comme objectif de s’assurer que tous les étudiants au niveau postsecondaire au Canada avaient l’occasion de tirer parti, sous une forme ou une autre, d’une expérience d’apprentissage en milieu de travail ou intégrée au travail.

Le budget annoncé aujourd’hui appuie ouvertement cet objectif. Le gouvernement a décidé de verser jusqu’à 17 millions de dollars sur trois ans à la Table ronde afin de travailler avec des employeurs, des professeurs, des organismes non gouvernementaux et d’autres ordres de gouvernement pour accroître le nombre d’occasions d’apprentissage et de stages intégrés au travail.

« Nous nous réjouissons de la décision du gouvernement fédéral de se joindre à cet effort en vue d’aider les diplômés canadiens à se servir rapidement des compétences et de l’expérience dont ils ont besoin pour réussir, a déclaré M. Hyder. La Table ronde du milieu des affaires et de l’enseignement supérieur est un exemple parfait du leadership dont font preuve les gens d’affaires pour s’attaquer aux préoccupations légitimes des Canadiens, et elle constitue un modèle des types de solutions que nous pouvons mettre au point ensemble dans d’autres secteurs où l’on note des besoins. »

Le Conseil canadien des affaires a souligné un certain nombre d’autres mesures particulières annoncées dans le budget de 2019, notamment les suivantes :

  • Des mesures pour permettre aux entreprises canadiennes de jouir d’un accès plus rapide et prévisible aux meilleurs talents à l’échelle mondiale lorsque des travailleurs canadiens ne sont pas disponibles;
  • Des progrès relativement à des initiatives de réforme réglementaire attendues depuis longtemps, notamment l’adoption prévue d’un « projet de loi sur la modernisation » annuel visant à abroger des règlements fédéraux dépassés et à actualiser les règlements en vigueur;
  • Un nouveau crédit d’impôt pour la formation qui donnera aux travailleurs canadiens admissibles 250 $ chaque année, montant qu’ils pourront appliquer à leurs frais futurs;
  • Des modifications au Supplément de revenu garanti qui permettront d’augmenter le montant des prestations reçues par des travailleurs aînés à faible revenu;
  • Des efforts continus pour offrir un accès de qualité à Internet aux Canadiens résidant dans des régions mal desservies, notamment dans des collectivités rurales, éloignées et nordiques;
  • Plusieurs nouveaux programmes visant à rendre le logement plus abordable, entre autres un investissement de 300 millions de dollars dans le Défi d’offre de logements grâce auquel les municipalités et d’autres intervenants seront invités à trouver de nouvelles solutions pour accroître l’offre de logements.

Fondé en 1976, le Conseil canadien des affaires est un organisme sans but lucratif et non partisan représentant des dirigeants d’entreprise de tous les secteurs et régions du Canada. Les entreprises membres du Conseil emploient quelque 1,7 million de Canadiens et de Canadiennes, versent la plus grande part des impôts fédéraux sur les sociétés et sont les plus grands contributeurs à l’échelon de l’exportation du Canada, du mécénat d’entreprise et des investissements du secteur privé en matière de recherche et de développement. Au moyen de partenariats dans la chaîne d’approvisionnement, de contrats de service et de programmes de mentorat, les membres du Conseil soutiennent des centaines de milliers de petites entreprises et d’entrepreneurs dans les collectivités de toutes tailles, partout au Canada. Branchez-vous à nous sur LinkedIn ou Twitter et abonnez-vous à nos balados, une nouveauté, Speaking of Business (Parlant d’affaires).

Archives des nouvelles

Inscrivez-vous à notre liste d’envoi pour recevoir des annonces importantes du Conseil canadien des affaires